Une rupture choc dans l' IoT

20 juillet 2020 //Par Nick Flaherty
Thar Casey de Amber Solutions discute avec Nick Flaherty d'une technologie de rupture dans l'IoT
Thar Casey d'Amber Solutions s'entretient avec Nick Flaherty de eeNews at ECI à propos d'une technologie de rupture choc pour l'Internet des objets.

Thar Casey est passionné par les sauts de technologie. Qu'il s'agisse d'une aide auditive numérique avec une autonomie de six mois, d'un moniteur cardiaque fœtal, d'un capteur d'empreintes digitales, c'est la nature de rupture qui est la clé pour lui et pour Amber le terrain de jeu c'est l' IoT.

C'est apparent dans la technologie développée par sa dernière startup, Amber Solutions. Elle a développé une conception d'alimentation qui peut fournir une protection native contre les surtensions pour chaque prise et installer rapidement et facilement des capteurs sans fil dans la maison intelligente, le bureau et l'usine.

«Nous contrôlons l'onde sinusoïdale via logiciel», a-t-il déclaré. «Nous utilisons deux technologies de base, une commutation du CA avec une nouvelle méthodologie, et nous déclenchons 3000 fois plus vite qu'un disjoncteur conventionnel.»

"Nous n'utilisons pas la technologie pour la conversion, nous l’utilisons pour maintenit la connexion et pour le déclenchement. À partir de l'arrivée du courant alternatif, nous vous fournirons un courant continu 0,25 W à 15 W. Notre plage préférée pour l'IoT et la domotique est de 2 à 5W.

 

La technologie de rupture consiste à utiliser une simple carte avec une gamme de capteurs et une liaison sans fil qui agit également comme un disjoncteur. Cela peut être rajouté à n'importe quelle prise de courant ou interrupteur d'éclairage afin que la puissance puisse être mesurée dans l'Internet des objets. «Cela signifie que je peux construire un éclairage LED et un détecteur de fumée avec un seul SKU qui fonctionne de 45 V à 600 V», a-t-il déclaré.

La technologie est actuellement construite avec des MOSFET discrets et avec des capteurs séparés et un microcontrôleur sur une carte (comme le montre Casey ci-dessus), et la société a signé huit accords avec de grandes entreprises pour évaluer la technologie. Cette carte prototype est néanmoins une fraction de la taille d'un transformateur.

Ce dont ces entreprises auront besoin déterminera comment la technologie sera intégrée dans une seule puce. " Cela ne nécessite pas de nouvelles fabs ou de nouvelles technologies, c'est en quart de micron (250nm), nous n'avons pas besoin de quelque chose de très avancé", a-t-il déclaré.
 

à suivre: Fabriquer la puce IoT d'Amber

Picture: 
Thar Casey, CEO of Amber Solutions, with the surge protection board

Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.