Samsung voudrait voir un consortium, pas Nvidia racheter ARM

03 août 2020 //Par A Delapalisse
Samsung voudrait voir un consortium, pas Nvidia, racheter ARM
Samsung Electronics est prêt à se joindre à la lutte pour acquérir une participation dans ARM le concédant de licence de semiconducteurs britannique, selon un article du Korea Times.

Samsung, utilisateur de licences ARM, va tenter de participer à une offre sous la forme d'un investissement en actions dans le cadre d'un consortium dans lequel il détiendra une minorité, indique l'article faisant référence à un haut responsable des semiconducteurs en Corée du Sud. Selon d'autres articles, le fournisseur de GPU Nvidia Inc. serait en pourparlers pour acquérir ARM.

Le même responsable a déclaré que Nvidia échouerait à acheter ARM car elle ne serait pas en mesure d'obtenir l'approbation d'aucune des autorités de réglementation du commerce équitable et de la concurrence aux États-Unis, en Europe, au Japon, en Chine et en Corée. Le responsable a également déclaré que Nvidia n'avait pas la puissance financière nécessaire pour payer le prix de plus de 40 milliards de dollars recherché par la société mère d'ARM, SoftBank Group.

"Samsung Electronics envisage d'acquérir de petites participations dans Arm, qui seront comprises entre 3 et 5%", a déclaré le responsable industriel cité dans l'article. "Arm sera repris par un consortium dirigé par plusieurs parties venant de l'industrie des semiconducteurs étant donné la nature complexe de la structure actuelle de l'actionnariat d'Arm."

Il y aurait des similitudes dans une telle évolution avec la manière avec laquelle Samsung, TSMC et Intel ont tous pris des participations dans le fournisseur d'équipements de lithographie ASML Holding NV en 2012. Cet investissement a servi à financer le développement d'équipements de lithographie ultraviolette extrême et a effectivement réduit le coût des équipements pour les principales parties intéressées.

ARM est un fornisseur d'IP pour la plupart des plus grands fabricants de puces au monde dont l'architecture de base de lelurs micrprocessuers ainsi que des implémentations particulières de processeurs . Cependant, une grande partie du succès de l'entreprise est due au fait qu'elle est indépendante de tous. Un rachat par une société de semiconducteurs unique créerait un quasi-monopole pour l'acquéreur et un inconvénient majeur pour le reste de l'industrie, qui pourrait alors être amenée à abandonner l'utilisation de l'IP d'ARM et à se tourner vers une alternative telle que RISC-V.

à suivre: qui pourrait participer?


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.