RISC-V, MIPS pourraient utiliser la plateforme de sécurité d'Arm

06 mars 2019 //Par A Delapalisse
RISC-V, MIPS pourraient utiliser la plateforme de sécurité d'Arm
ARM Ltd. (Cambridge, Angleterre), concédant de licence de propriété intellectuelle de processeur, a annoncé une initiative de certification de son architecture de plateforme de sécurité (PSA) pour l'Internet des objets (IoT), tout en précisant que l'approche n'était pas spécifique à l'architecture ARM.

Lors du salon Embedded World à Nuremberg la semaine dernière, ARM a annoncé un système de certification de sécurité pour PSA avec les partenaires des laboratoires de tests de sécurité Brightight, CAICT, Riscure, Underwriters Laboratory et les consultants en sécurité Prove & Run en tant qu’entités chargées des tests. Ces six sociétés ont développé conjointement PSA Certified.

Le PSA a été annoncé en 2017 et a maintenant été développé en tant que framework à trois niveaux qui montre aux concepteurs IoT comment créer un dispositif connecté sécurisé. Il fournit une méthodologie de sécurité, mais va au-delà des instructions et des principes. Il inclut des modèles de menace et une documentation d’analyse de sécurité, des spécifications d’architecture du matériel et des microprogrammes, des microprogrammes téléchargeables de sources fiables et des kits de test d’API.

Un exemple de système à trois niveaux est la sécurité autour d'un capteur de température. A l'extérieur, cela peut demander un niveau de robustesse de sécurité différent (niveau 1) par rapport à un capteur dans un environnement domestique (niveau 2) ou dans une installation industrielle (niveau 3). Après les tests, tous les périphériques certifiés PSA disposent de fiches de compte rendu signées électroniquement (jetons d’attestation) indiquant le niveau de sécurité atteint, ce qui permet aux développeurs de systèmes et aux fournisseurs de services de prendre des décisions en fonction des risques.

Les premiers produits certifiés PSA sont en train de devenir disponibles sous la forme de microcontrôleurs et de SoC particuliers proposés par Cypress, Microchip, Nordic, Silicon Labs, STMicroelectronics. Sans surprise, ils sont tous basés sur des cœurs de processeur ARM.

Toutefois, lors du salon, John Ronco, vice-président et directeur général des activités automobiles et embarquées chez ARM, nous a indiqué que PSA était ouvert à d’autres architectures de processeurs. "Le PSA ne requiert pas de blocs IP particuliers, ni de technologie, ni de cœurs IP cryptés, etc.". Il n'est pas nécessaire que ce soit ARM. Ce n'est pas ISA spécifique", a déclaré Ronco.

Suite: Administration, droits d'auteur et marques 

 


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.