Ordinateur optique imitant le cerveau

22 mai 2019 //Par A Delapalisse
Ordinateur optique clonant le cerveau
Une équipe internationale de chercheurs des universités de Münster (Allemagne), Oxford et Exeter (Grande-Bretagne) a réussi à mettre au point un matériel susceptible d'ouvrir la voie à des ordinateurs fonctionnant comme le cerveau: Les nano-scientifiques ont produit une puce sur laquelle un réseau de neurones artificiels et synapses, capable d’apprentissage de l’information et du traitement informatique de celle-ci.

Comme le système fonctionne avec de la lumière au lieu d'électrons, il peut traiter les données beaucoup plus rapidement que les méthodes traditionnelles. L'approche pourrait être utilisée un jour dans de nombreux domaines pour évaluer les tendancesprovenant de l'analyse de grandes quantités de données.

Une technologie qui fonctionne comme le cerveau? Dans les applications les plus complexes, les ordinateurs d'aujourd'hui atteignent rapidement leurs limites. Une des raisons en est que leurs unités de calcul et leurs mémoires de données sont séparés de par leur conception. En conséquence, toutes les données doivent être échangées en permanence.

À cet égard, le cerveau a de nombreuses étapes d'avance sur les ordinateurs les plus modernes, car il traite et stocke les informations au même endroit: au niveau des synapses, connexions de cellules nerveuses, dont le cerveau en contient environ 100 000 milliards. Une équipe internationale de chercheurs a réussi à développer du matériel pouvant ouvrir la voie à des ordinateurs imitant le cerveau: les nanoscientifiques ont produit une puce sur laquelle s’étend un réseau de neurones artificiels fonctionnant à la lumière et pouvant imiter le comportement des neurones du cerveau .

Les chercheurs ont pu démontrer qu'un tel réseau neurosynaptique optique est capable d '"apprendre" des informations et de les utiliser pour calculer et reconnaître des modèles - tout comme le cerveau. Étant donné que le système fonctionne exclusivement avec de la lumière au lieu d'électrons, il peut traiter les données beaucoup plus rapidement. "Ce système photonique intégré est une étape expérimentale. Cette approche pourrait par la suite être utilisée dans de nombreux domaines pour évaluer les tendances dans de grandes quantités de données, par exemple dans le diagnostic médical", déclare le professeur Wolfram Pernice, responsable de l'étude à l'université. de Münster (WWU).

 


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.