L'Europe doit sortir de ses 30 ans de sommeil dans les semiconducteurs: Page 2 of 3

22 février 2021 //Par P. Clarke
L'Europe doit sortir de ses 30 ans de sommeil dans les semiconducteurs
Peter Clarke Editor de eeNews Europe revient sur plus de trois décennies qui ont conduit l'UE à laisser plusieurs industries de systèmes électroniques dépérir et à laisser l'Europe dépendante des fabricants de puces offshore qui ne livrent pas toujours les produits à temps.

Des représentants d'AMD m'ont demandé, ainsi qu'à d'autres, à la fin des années 1980 et au début des années 1990 si «Fortress Europe» était réelle. C'était les débuts de la Communauté économique européenne (CEE) et avant que l'Union Européenne ne soit ainsi nommée et Fortress Europe soit caricaturée sur les couvertures de publications influentes.

Je leur ait dit qu'à mon avis, la CEE voulait réduire les tarifs et abaisser les barrières commerciales. AMD a décidé de construire une usine à Dresde, en Allemagne, de toute façon, juste pour s'assurer qu'ils pouvaient vendre en Europe et éviter les tarifs existants mais en baisse. Pour les mêmes raisons, Intel a décidé de construire une usine à Leixlip près de Dublin, en Irlande.

À  cette époque, les entreprises européennes fabriquaient des ordinateurs personnels en Europe et étaient sur le marché des processeurs x86. Il n’existe désormais plus d’entreprise informatique européenne d’importance mondiale.

Par la suite, ces usines de fabrication de semiconducteurs européennes - à la fois celles dépendant d'investissements extérieurs et certaines d'entre elles appartenant à des intérêts nationaux - ont migré pour fabriquer différentes formes d'ASIC et de circuits intégrés de système sur puce (SoC) à la pointe de la technologie ou presque. Certains de ces SoC ont été utilisés dans les téléphones mobiles.

À  cette époque, les entreprises européennes fabriquaient des téléphones mobiles en Europe et étaient un marché pour des SoC. Aujourd'hui, malgré la réanimation de la marque de téléphones Nokia par HMD Global, on peut affirmer qu'il n'y a pas de sociétés européennes de téléphonie mobile d'importance mondiale.

Ce qui est à la pointe de la technologie aujourd'hui et utilisé uniquement dans les smartphones deviendra la plate-forme de More-than-Moore dans cinq à dix ans. Et dans tous les cas, le déploiement croissant de l'intelligence artificielle embarquée et des communications à large bande passante pousse les besoins des circuits intégrés automobiles vers les technologies de pointe.

Toute amélioration politiquement souhaitée de la chaîne d'approvisionnement européenne des semiconducteurs et de la capacité stratégique dans la technologie des semiconducteurs doit être considérée sous cet angle.

à suivre: j'avais vu juste


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.