Le Japon sanctionne la Corée du Sud: un risque de pénurie de mémoires?

10 juillet 2019 //Par A Delapalisse
Le Japon sanctionne la Corée du Sud - risque de pénurie de mémoires?
Les tensions commerciales semblent être contagieuses: le Japon s'inspire des scénarios du président Trump et frappe la Corée du Sud de sanctions sur les matériaux utilisés pour la fabrication de semiconducteurs et d'écrans LCD.

Plus précisément, le ministère japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (METI) à Tokyo a annoncé qu'il imposerait des restrictions plus strictes aux exportations de polyamide fluoré, de photoresists et de gaz de gravure au fluorure d'hydrogène. C'est dans ces domaines que le Japon est un fournisseur mondial de premier plan et dispose de moyens de pression sur les fabricants de puces mémoire tels que Samsung et SK Hynix. Selon certaines informations, le METI a également indiqué qu'il envisageait de retirer la Corée du Sud d'une "liste blanche", ce qui impliquerait à l'avenir qu'il faudrait obtenir les licences nécessaires pour exporter une large gamme de produits à base technologique en Corée du Sud.

Contrairement au différend opposant les États-Unis et la Chine, l'argument du Japon avec la Corée du Sud n'a pas pour cause la balance commerciale, des pratiques commerciales déloyales ou des subventions pour les champions nationaux. Au lieu de cela, la cause remonte à la Seconde Guerre mondiale et à l'occupation de la Corée par le Japon.

Les tribunaux sud-coréens ont récemment statué que les entreprises japonaises devaient indemniser les individus pour travail forcé. Lorsque ces entreprises ne paient pas, certains de leurs actifs peuvent être saisis. La position du Japon est que toutes ces réclamations ont été réglées par un traité entre les deux pays signé en 1965.

La tension et les représailles croissantes entre le Japon et la Corée du Sud sont considérées comme préjudiciables aux intérêts économiques des deux pays.

L'utilisation de matériaux tels que les résines photosensibles peut être très spécifique à des processus de fabrication particuliers et la rétention des matériaux par le Japon pourrait entraîner des perturbations majeures dans la production de puces, ont indiqué des rapports. Si on laisse les sanctions s'installer, cela pourrait entraîner des retards à long terme dans la production de puces pendant le temps nécessaire à trouver des matériaux alternatifs et les calibrer pour être utilisés


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.