L'analyse des températures corporelles deviendra-t-elle la nouvelle norme ?

14 août 2020 //Par A.Dieul
L'analyse des températures corporelles deviendra-t-elle la nouvelle norme ?
La technologie de l'imagerie thermique est utilisée tous les jours dans un grand nombre de secteurs et d'industries : électriciens s'efforçant d'identifier les circuits défaillants, équipes de chercheurs ou grandes usines. Cette technologie peut également avoir un impact considérable et immédiat sur l'amélioration de la sécurité des entreprises, des gouvernements et du public en pleine pandémie du coronavirus.

En réorientant l'imagerie thermique haute résolution vers la détection des températures corporelles élevées, les entreprises disposent d'un outil de première ligne pour identifier les employés, les clients et les visiteurs susceptibles de nécessiter un dépistage de santé supplémentaire pour éviter que des infections se propagent sur le lieu de travail. Lorsqu'elle est associée aux politiques de santé publique existantes, l'imagerie thermique peut aider les entreprises à travailler dans les meilleures conditions de sécurité possibles, dans le cadre de la « nouvelle norme » imposée par le coronavirus dans la société.

Adapter la fabrication pour permettre aux sites de rester opérationnels
Alors que les gouvernements du monde entier réfléchissent à la façon de rouvrir les entreprises en l'absence de vaccin disponible contre le COVID-19, il est devenu évident que de nouvelles normes de sécurité et de santé devaient être mises en place. Outre l'augmentation des fréquences de nettoyage, la mise à disposition de points d'eau pour se laver les mains et d'équipements de protection personnels, la société doit réorganiser ses processus pour se conformer aux directives de distanciation sociale, y compris en contrôlant les entrées et les sorties sur les sites.
FLIR, un leader mondial des solutions thermiques industrielles innovantes, contribue aux efforts visant à garantir la sécurité des personnes sur site grâce à une technologie thermique de haute résolution. C'est pendant l'épidémie de SRAS qui a frappé l'Asie de l'Est en 2003 que FLIR a commencé à développer des systèmes et des processus pour caméras thermiques compatibles avec cette démarche. Même si les caméras thermiques ne peuvent pas diagnostiquer le COVID 19 ou d'autres infections, l'analyse des températures corporelles élevées constitue un outil de première ligne, sûr et efficace pour dépister efficacement un grand nombre de personnes. Cependant, les caméras thermiques ne conviennent pas toutes à la détection des températures corporelles élevées.

Comment s'adapter à la technologie existante
À cet égard, FLIR recommande l'usage seul des caméras enregistrées auprès de la


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.