La Chine veut développer ses propres sociétés de EDA

03 décembre 2020 //Par A Delapalisse
La Chine veut développer ses propres sociétés de EDA
Selon un rapport de Nikkei, la Chine tente de renforcer ses capacités en EDA en recrutant du personnel parmi les leaders du marché Synopys Inc. et Cadence Design Systems Inc..

Nikkei identifie trois startups EDA qui font partie des efforts de la Chine pour atteindre l'autosuffisance dans le secteur des semiconducteurs. Les trois sociétés sont: X-Epic de Nanjing, Hejian Industrial Software de Shanghai et Advanced Manufacturing EDA Co., ou Amedac, de Hefei.

X-Epic a été fondée en mars 2020 par Wang Libin, ancien vice-directeur général de Synopsys China. TC Lin, ancien vice-président de Cadence a rejoint X-Epic en août et Tiyen Yen de Cadence a rejoint X-Epic pour diriger la R&D. Hejian Industrial Software, fondée en mai 2020, a embauché un cadre R&D de Synopys en octobre.

Amedac a été fondée en septembre par Chieh Ni, un vétéran de dix ans de Synopsys avec le soutien d'un investissement de Synopsys, selon le rapport. Synopsys a pris une participation de 20% dans la startup et Ge Qun, président des opérations chinoises de Synopsys siège au conseil d'administration d'Amedac. Parmi les autres investisseurs d'Amedac figurent Summitview Capital et l'Institut d'État de microélectronique de l'Académie chinoise des sciences.

Cela représente un deuxième effort de la Chine dans l'EDA, car les sociétés d'EDA chinoises précédemment établies, notamment Empyrean Software (2009) et Primarius Technologies (2010), n'ont pas été en mesure de rattraper leur retard sur le plan technique et ont eu peu d'impact sur le marché.

La Chine a passé de nombreuses années à constituer des fournisseurs nationaux d'équipements de fabrication de semiconducteurs, notamment avec des sociétés telles que Advanced Microelectronic-Fabrication Equipment Inc. (AMEC), China Electronics Technology Group Corporations (CETC) qui sont diverses sociétés ancrées dans des instituts de recherche, North Microelectronics Inc. ( NMC) et Shanghai Micro Electronics Equipment Co. Ltd. (SMEE).

La principale fonderie chinoise SMIC tente de mettre en place une ligne de production à 40 nm entièrement sans équipements américains et Shanghai Micro Electronics Equipment Co. Ltd. (SMEE) travaille sur des équipements de lithographie à la pointe de la technologie. SMEE travaillerait avec la société d'équipements de communication Huawei pour construire


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.