Huawei 5G banni en Grande Bretagne, exemple à suivre?

15 juillet 2020 //Par A Delapalisse
Huawei 5G banni en Grande Bretagne, exemple à suivre?
Le gouvernement britannique a annoncé une interdiction d'acheter de nouveaux équipements de communication cellulaire 5G à Huawei à partir du 31 décembre 2020, mais a retardé l'éviction de tous les équipements Huawei déjà installés à 2027.

Dans le même temps, le gouvernement britannique a conseillé aux fournisseurs de haut débit sur fibre optique de cesser d'acheter des équipements Huawei 5G.

Le Royaume-Uni avait précédemment déclaré qu'il chercherait à retirer tous les équipements Huawei des réseaux de communication britanniques d'ici 2023 (voir UK prepares to kick Huawei out of 5G by 2023). Cela a provoqué des hurlements de protestation de la part des fournisseurs de services mobiles qui ont soutenu qu'il serait excessivement coûteux de retirer ces équipements aussi rapidement. Le retrait retardé des équipements semble être une tentative de répartir les coûts sur plusieurs années pour ces opérateurs.

La dernière décision applique l'interdiction totale de Huawei qui avait été demandée par les États-Unis tout en accordant un délai plus long pour le remplacement des équipements Huawei et en indiquant que cette suppression ne s'applique qu'aux communications cellulaires 5G.

Huawei, basée en Chine, est la plus grande entreprise d'équipement de télécommunications au monde et un leader dans les équipements de communication cellulaire 5G. Cependant, il a été accusé par les États-Unis d'être un risque pour la sécurité car en vertu de la loi chinoise, Huawei pourrait être contraint de partager des données avec le gouvernement chinois. Huawei a toujours protesté qu'il n'avait aucune intention de le faire mais on peut se demander si elle a les moyens de son indépendence. voir: Les changements à Hong Kong vont perturber la chaine logistique des semiconducteurs

Le Royaume-Uni avait initialement tenté d'ignorer les appels américains à une interdiction pure et simple de Huawei 5G et avait adopté une position de compromis en janvier 2020 - accordant à Huawei un rôle limité à la périphérie du réseau 5G du Royaume-Uni - dans l'espoir de maintenir des relations avec les États-Unis et la Chine.

Cependant, depuis mai, lorsque les États-Unis ont commencé à appliquer des sanctions accrues contre Huawei refusant à l'entreprise de télécommunications d'accéder aux circuits intégrés de pointe (voir Les USA bloquent la fourniture de puces à Huawei), le Royaume-Uni a demandé au National Cyber ​​Security Center (NCSC) du Royaume-Uni d'examiner l'impact des sanctions américaines et l'impact de la crédibilité de Huawei 5G en tant que fournisseur.

à suivre: Que vont faire Huawei, et la Chine?


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.