Bizen, plus rapide, plus petit, moins gourmand que le CMOS

18 octobre 2019 //Par A Delapalisse
Bizen, plus rapide, plus petit, moins gourmand que le CMOS
Semefab travaille avec une start-up britannique sur une nouvelle architecture de transistor appelée Bizen, qui utilise l'effet de tunnel quantique pour obtenir une réduction de taille de 3 fois et de 5 fois du temps de fabrication.

Semefab, au Royaume-Uni, a produit des échantillons d'un nouveau procédé de fabrication de transistors à effect tunnel quantique appelé Bizen, qui pourrait réduire considérablement les délais, la surface utilisée sur les wafers, le nombre de couches de traitement tout en augmentant la vitesse et la densité de portes et en réduisant la puissance dissipée par rapport au procédés CMOS.

L’architecture de transistor mise au point par la startup Search For The Next (SFN) à Nottingham, au Royaume-Uni, utilise l'effet de  tunnel quantique (ci-dessus) plutôt que des portes isolées. Cette architecture, appelée Bizen issu de la combinaison de bipolaire et de zener, permet de produire de la logique en seulement huit couches sur un processus CMOS standard, au lieu de 20 à 30 pour les conceptions de transistors CMOS standard. Les puces de test sur un processus de 1µm produit par Semefab à Glenrothes, en Écosse, ont réduit le délai de 15 semaines à 3 semaines, et la surface sur le wafer est trois fois plus petite qu'un dispositif CMOS comparable sur le même processus, a déclaré Allan James, PDG de Semefab dans une interview avec eeNews Europe.

L'effet tunnel quantique n'est pas nouveau, car il est largement utilisé dans les puces de mémoire flash NOR. Mais avec Bizen, la technique a été appliquée à des dispositifs logiques et sa fabrication a été éprouvée par Semefab au cours des deux dernières années.

«Il est apparu que l'intégration de structures bipolaires conventionnelles latérales et verticales pouvait, avec une modélisation minutieuse, être conçue pour intégrer Bizen sans complexité de processus excessive», a déclaré James. «Au début, j'étais assez sceptique, mais ayant vécu avec le concept et vu les résultats à un stade précoce, il remplit effectivement de nombreuses cases pour créer une rupture dans l'industrie des semiconducteurs. Ce n’est pas tant la question de savoir si le CMOS est imparfait  - bien que le CMOS soit sujet à l’accrochage et à l’ESD. Le CMOS a une faible consommation d’énergie, a passé l’épreuve du temps et est généralement fiable. Cependant, il est complexe et plus encore lorsque intégré avec de la puissance. La complexité signifie des délais plus longs et un coût plus élevé. "

à suivre: les cannaux Bizen à effet tunnel quantique


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.