Un million de cœurs pour le supercalculateur neuromorphique SpiNNaker

30 novembre 2018 // Par D.Cardon
Visant à développer un supercalculateur neuromorphique capable d'imiter le cerveau humain, le projet SpiNNaker a été équipé de son millionième cœur de processeur et mis en marche pour la première fois.

SpiNNaker modélise plus de neurones biologiques en temps réel que toute autre machine existante à ce jour, selon l’Université de Manchester, où le supercalculateur a été développé.

Le supercalculateur qui regroupe 100 millions de transistors, est capable de simuler des régions du cerveau humain, les développeurs ayant pour objectif ultime de pouvoir simuler un milliard de neurones, soit  environ 1% du cerveau humain.

SpiNNaker, basé sur la modélisation de réseaux de neurones dynamiques, est l’enfant du professeur Steve Furber, l’un des deux concepteurs originaux du processeur "Advanced RISC Machine" ou ARM. Le projet fut lancé en 2005. Il est actuellement composé de 57 600 processeurs dotés chacun de 18 cœurs ARM 32 bits et de 128 Mo de SDRAM totalisant 1 036 800 cœurs et plus de 7 téraoctets de RAM.

Jusqu'à présent, le projet a coûté 15 millions de livres sterling (environ 18 millions d'Euros), avec 20 ans pour la conception et 12 ans pour la construction. SpiNNaker est maintenant soutenu par le projet européen Human Brain, une multinationale cofinancée par l'Union européenne.

Une des utilisations fondamentales de Spinnaker est d'aider les neuroscientifiques à comprendre le fonctionnement du cerveau humain en effectuant des simulations à grande échelle. Les exemples incluent un modèle de 80 000 neurones d'une partie du cortex, de la couche externe du cerveau et des ganglions de la base, dans la région touchée par la maladie de Parkinson.

"Les neuroscientifiques peuvent désormais utiliser SpiNNaker pour percer certains secrets du fonctionnement du cerveau humain en exécutant des simulations à grande échelle, jusqu'à lors impossibles. Il fonctionne également comme un simulateur neural en temps réel permettant aux robotitiens de concevoir des réseaux de neurones à grande échelle pour la conception de robots mobiles permettant de marcher, parler et bouger avec souplesse et tout en utilisant une puissance réduite ", a déclaré le professeur Furber.

Université de Manchester

Autre article 

Des puces pour modéliser et mieux comprendre la maladie


Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.