Programme cyber@stationF de Thales: premiers résultats

01 août 2018 // Par D.Cardon
Au terme de 6 mois d’accélération, les 9 startups du programme Cyber@StationF ont pu développer conjointement 3 démonstrateurs. La première période d’accélération arrive à son terme, et Thales travaille déjà à la deuxième session et une sélection de nouvelles startups. 

Thales a accompagné pendant six mois neuf startups complémentaires au regard de la chaine de cybersécurité sur près de 100 candidatures pour rejoindre son programme de cybersécurité à STATION F. Quatre startups sont françaises, cinq viennent de pologne, d’Israël, des Etats-Unis, de Suisse et des Pays-Bas. Grâce au programme cyber@stationF, qui s’inscrit dans la transformation numérique et dans la stratégie de la Digital Factory du Groupe, Thales a voulu accéléré le développement de chaque startup en leur apportant du conseil, de l’expertise technique et un accès aux 5 grands marchés du Groupe.

Thales a favorisé la coopération entre elles afin de  mutualiser leurs compétences, renforcer l’échange et l’innovation. Grâce à leur complémentarité, certaines startups ont pu codévelopper avec Thales des démonstrateurs conjoints.  Soutenus par des « coachs », des collaborateurs du Groupe engagés dans le programme, chaque start-up et chaque démonstrateur a ainsi bénéficié d’un accompagnement du Groupe, approfondi en fonction de ses besoins, demandes, compétences ou spécificités.

Les trois démonstrateurs :

Le premier,  baptisé Collaboration without revealing data a été co-créé avec KeeX, Inpher et QED-it. Il permet de tirer les bénéfices des capacités du big data et de l’intelligence artificielle appliquées à des jeux de données venant de plusieurs acteurs d’un écosystème, tout en garantissant leur protection. Cette innovation favorise la collaboration entre les fournisseurs de données, qui offre ainsi des services à valeur ajoutée à leurs clients, dans les domaines médical (prévenir des maladies) ou industriel (éviter une action de maintenance ou de réparation non nécessaire). Et ce, sans perdre la maîtrise de leurs données (conformité RGPD, maintien de la confidentialité commerciale, etc.).

Le second, Secure Critical infrastructure, créé avec Alsid et Nethone, traite les menaces cyber internes pour mieux protéger les infrastructures critiques, notamment satellitaire. Pour répondre à une menace en constante évolution, les startups recourent à l’intelligence artificielle et à des techniques de Threat Intelligence afin de sécuriser les données sensibles échangées entre le centre de contrôle terrestre et le satellite.

Le troisième , Car Sharing, créé en collaboration avec Keex, QED-it et MultiSense, permet de vérifier l’authenticité de données propriétaires et locataires d’une application de location de voitures, pour faciliter l’expérience utilisateur et sécuriser la transaction dans la mesure où l’utilisation se fait sans partage de données. L’état initial et final du véhicule est certifié par une signature électronique. La sécurité d’accès et de démarrage du véhicule est assurée par une authentification biométrique multi-facteurs qui garantit que l’utilisateur est bien le locataire validé.


s

Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.