Fibre optique : recherche qualité et compétences désespérément !

13 avril 2018 // Par Thierry Besrest, Sales Data Center France de Rosenberger OSI
Aujourd’hui, le câblage fibre optique s’est définitivement imposé comme le support de transmission dominant pour tous les réseaux de transport de données haut débit : FTTA, FTTO, FTTD, FTTH, FTTACP, etc. Le Plan Très Haut Débit en France, dont l’objectif est la couverture complète du territoire en très haut débit en 2022, s’appuie en grande majorité sur des raccordements fibre optique, même si les réseaux mobiles 3G et 4G seront également mis à contribution.

A la fin Septembre 2017 d’après l’Arcep, 9,5 millions de logements étaient déjà éligibles à la fibre. En raison de ses performances, la fibre optique est omniprésente dans les data centers, au nombre de 8,4 millions dans le monde en 2016, selon le cabinet IDC, pour une surface totale de 168 millions de mètres carrés. On assiste également depuis quelques années à l’émergence de data centers « Hyperscale » de très grandes tailles, à l’initiative des géants d’Internet tels Apple, Facebook, Microsoft, Google et IBM. Le trafic de données dans ces data centers a atteint 6,8 Zetaoctets, et devrait passer à 20,6 Zetaoctets en 2021 (1 Zetaoctet = 1 milliard de Terraoctets= 10 21 octets= Zo), soit un taux de croissance global estimé à 25% par an.
Si l’on considère les échanges de données aujourd’hui au niveau mondial, 71,5% d’entre eux ont lieu à l’intérieur des data centers, 14,9% entre les data centers et les utilisateurs finaux, et 13,6% entre les data centers eux-mêmes, dans tous les cas essentiellement via des câbles fibre optique.

Une technologie complexe

La maîtrise de la technologie du câblage fibre optique est donc essentielle pour garantir le bon fonctionnement des data centers comme des réseaux de transport très haut débit au niveau national.
Or la technologie optique est complexe et n’a pas grand-chose à voir avec celle du câblage cuivre traditionnel. Elle impose de connaître et gérer des notions telles que monomode, multimode, longueurs d’onde, réfraction, réflexion, atténuation, réflectance, indices de réfraction, etc.
D’autre part, le câblage fibre est très diversifié, et ses caractéristiques sont régies par un grand nombre de normes et de standards (OM2, OM3, OM4, OM5, OS2, G.657.A1, A2, B2, B3, G.652.D, etc.). Les connexions fibre exigent également une propreté parfaite (sensibilité aux traces de doigts par exemple) et ne tolèrent pas certaines contraintes physiques.
Ajoutons à cela que les débits normalisés pour les infrastructures réseau ne cessent d’augmenter pour gérer l’accroissement


s

Vous êtes certain ?

Si vous désactivez les cookies, vous ne pouvez plus naviguer sur le site.

Vous allez être rediriger vers Google.